Sojam : une politique constante d’innovations

Pionnier français de la protection insecticides des grains stockés, le groupe familial français indépendant est également très actif sur les marchés de la grande consommation avec des marques en magasins spécialisés et en grandes surfaces alimentaires. De passage dans notre île, le directeur général de Sojam, Arnaud Poyelle et le responsable export Frédéric Belison, ainsi que le responsable local Philippe Remy, expliquent la stratégie du groupe pour la Réunion.

« Fournir des solutions insecticides et anti-nuisibles aux professionnels, c’est notre métier depuis 60 ans, explique Arnaud Poyelle. Des solutions doivent répondre aux attentes de chaque territoire et spécificités locales. C’est la raison pour laquelle, nous avons fait le choix de passer en direct. Nous avons besoin d’avoir une vision constante sur le marché » explique Arnaud Poyelle.

Présents sur le marché réunionnais depuis les années 80 à travers des agents locaux, la marque s’est structurée depuis février de façon à être distribuée en propre sur la Réunion. Philippe Rémy, fort de son expertise d’une vingtaine d’année sur ce marché, a été recruté pour développer la présence locale des marques Acto et Mortis. Référencé dans les enseignes spécialisées avec la marque Acto et dans les hypermarchés et supermarchés avec la marque généraliste Mortis, le groupe Sojam occupe aujourd’hui cinq segments de marchés complémentaires en rayon jardin : insecticides, répulsifs, anti-rongeurs, produits feux et nettoyage. Des solutions majoritairement fabriquées en France.

« Pour la Réunion par exemple, nous comptons environ 120 références en stock. Nous sommes sur un marché insecticides très spécialisé. Nous nous sommes rendus compte que dans les DOM, l’ensemble des sociétés qui travaillaient sur ces territoires avaient l’habitude d’envoyer des produits équivalents à ce qui se faisait en France, mais en réalité les DOM sont des marchés spécifiques. Nous avons ainsi développé spécialement pour l’île le pulvérisateur Rétro Spécial Margouillat. »

De solutions alternatives non chimiques

« Le marché se porte bien pour le moment. En termes de représentativité en magasin, nous sommes à 100 % de présence en grandes enseignes spécialisées, tout comme dans les libres-services agricoles. L’objectif est de nous implanter davantage en grandes surfaces alimentaires » ajoute Arnaud Poyelle.

La force de Sojam réside également dans son service optimal. Exemple : « Nous avons anticipé la saison des pluies qui arrive pour pouvoir réapprovisionner nos fournisseurs en répulsifs moustiques afin qu’il n’y ait pas de problème de tampon. Un magasin qui passera commande lundi sera livré mercredi. Notre leitmotiv a toujours été de pouvoir s’adapter au marché local et non l’inverse » explique Frédéric Belison.

Sojam compte doubler son chiffre d’affaires actuel. «Nous nous démarquons de la concurrence par l’innovation. Aspirateurs moustiques, lampes UV anti-moustiques, diffuseurs, torches parfumées citronnelles, aérosols terre de diatomées, piège à rat aromatisé au beurre de cacahuète, répulsifs sonores oiseaux à ultra-sons imitant les coups de fusil pour agriculteurs. Sojam a déjà son catalogue de lancements 2019 prêt, avec notamment des solutions de plus en plus alternatives pour répondre à la tendance du marché comme les répulsifs à base d’huiles essentielles, les solutions mécaniques et électroniques. Des solutions dont la sortie est suspendue aux propositions  d’amendement législatif concernant la distribution sous armoire des produits biocides en magasins. 

« Nous avons commencé à opérer une diversification de la gamme avec des solutions alternatives non chimiques, respectueuses de l’environnement » prévient Arnaud Poyelle.

MR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *