Le packaging connecté pour enrichir l’expérience client

Imagecorp, agence spécialisée en capital de marques, a tenu le mois dernier sa troisième édition du séminaire Brand New Morning sur le thème du packaging connecté. Ou comment toucher le consommateur au bon moment ? 

Imaginez que vous êtes en point de vente et que le packaging vous interpelle, comme avec les boîtes de cette marque (théorique) de poisson Mila qui, grâce au wifi et à quelques capteurs de mouvements, frétillent dès qu’un client passe devant leur rayon… De quoi enrichir l’expérience client et augmenter le capital de la marque avec son message : « Nos poissons sont plus frais que les autres, puisqu’ils frétillent encore, même dans leur boîte ».

D’autres outils, tel le Near Field Communication (NFC), sont de plus en plus utilisés pour les boissons alcoolisées haut de gamme. Exemple : une capsule permet de vérifier leur circuit de distribution et leur fraîcheur. Johnnie Walker donne ainsi la possibilité aux consommateurs de rapprocher de la smartbottle leurs téléphones portables pour vérifier l’authenticité du produit et notamment vérifier que la bouteille n’a pas été ouverte.

Une autre pratique en vogue : le QR Code qui permet d’envoyer des informations sur les promotions du jour, à l’entrée du magasin par exemple. Ou sur un produit, avec plusieurs usages possibles, à l’image d’une marque de vin qui, en scannant l’étiquette, offre aux consommateurs la possibilité d’obtenir des conseils de dégustation.

Un système intelligent et interactif

« L’emballage n’échappe pas à la vague de digitalisation. Aujourd’hui une marque ne peut plus se contenter de miser uniquement sur la beauté du packaging. Elle doit positionner sa marque de manière intégrée en balayant les points de contacts pour augmenter l’expérience des consommateurs » explique Marianne Caruelle, co-dirigeante de l’agence Imagecorp, qui parie avant tout sur la valeur ajoutée du conseil stratégique. « Notre philosophie est de faire vivre les marques à travers l’expérience clients. Comment aider les industriels à nourrir leur capital marque ? »

Réponse de Marianne Caruelle : « Il est fondamental que la marque parle vraiment aux consommateurs. Le packaging connecté permet une interaction virtuelle entre la marque et le consommateur, pensée à partir de ses besoins, ainsi qu’un accompagnement du client « in store » et en dehors du point de vente. C’est un système intelligent et interactif, qui permet d’informer, de fidéliser et surtout de créer du lien avec le consommateur. » « Il contribue à améliorer l’expérience utilisateur et d’entretenir une relation de proximité et personnalisée avec la marque » explique à son tour François Mandroux, dirigeant de Imagecorp.

Les conditions réunies à la Réunion

Créer un lien via son packaging se fait grâce à des applications ou à des liens directement intégrés sur les emballages. La tendance mondiale en témoigne : 42 % des entreprises ont ou vont allouer un budget dans le développement d’un emballage connecté, alliant smartphone et packaging. Il y a une véritable poussée du packaging connecté au niveau des industriels. Quid de la Réunion ? « La consommation du digitale par des Réunionnais : 64 % des Réunionnais, soit 443 000 personnes, sont connectés tous les jours. Six personnes sur 10.

Notamment sur le smartphone, on enregistre en un an 6 % de plus de connexion à travers le smartphone. Les conditions de succès sont réunies pour développer le packaging connecté à la Réunion » confirme François Mandroux.

Concrètement, le packaging va se connecter au smartphone du consommateur, il va devenir interactif parce qu’il va véhiculer des informations que recherche le client. Il va devenir intelligent parce qu’il va historier toute la data du packaging, de sa sortie d’usine jusqu’à l’utilisation chez le client. Et à partir de ce smartphone s’ouvre alors l’ensemble des possibilités pour travailler le contenu de marque. On parle aujourd’hui de smart packaging via des contenus internet rendus possibles par avec la 4 G et bientôt la 5 G. En résumé, trois grandes technologies permettent le packaging connecté : le flash Tag à scanner ou self scanning (QR code) ; la reconnaissance visuelle des marqueurs placés sur l’emballage, porte d’entrée sur la réalité virtuelle ; et le RFID, contact radio à l’approche du smartphone.

Un lien quasi permanent

D’autres technologies dans le domaine agroalimentaire, comme les indicateurs de fraîcheur, permettent d’informer et de rassurer le consommateur sur la qualité d’un produit, de lutter également contre les gaspillages alimentaires, tout en créant de la proximité grâce à l’intelligence du procédé. À travers une application comme Yuka, qui scanne les produits et analyse leur impact sur la santé, le consommateur va utiliser de plus en plus son smartphone pour se connecter à un emballage ou à des objets.

Le packaging connecté permet une interaction virtuelle entre la marque et le consommateur et d’engager un peu plus le consommateur par rapport à la marque. Il s’agit d’un accompagnement du client à l’intérieur du point de vente, mais aussi à l’extérieur et notamment chez lui, soit un lien quasiment permanent sur tous les points de contact.

À la Réunion l’agence Imagecorp a commencé à travailler avec des industriels de l’agroalimentaire sur des packagings connectés privilégiant pour le moment la technologie QR Code, dont l’utilisation par les consommateurs est en progression de 15 % tous les ans, une technologie avantageuse pour son bas prix, sa souplesse et sa simplicité à déployer. 

MR

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *