Run Market et Intermarché, les nouveaux venus

Société agricole plutôt discrète, SAB s’allie à des professionnels chevronnés de la grande distribution et au groupe Intermarché pour reprendre quatre des hypermarchés de Vindémia.

Comme les Sucreries de Bourbon il y a bientôt trente ans, c’est un groupe ancré dans les champs de canne à sucre qui fait son entrée dans la grande distribution réunionnaise. 

Make Distribution, qui doit racheter à GBH les Jumbo de Saint-André, de Duparc, du Chaudron et de Savanna (18 600 m2, plus de 700 salariés), a pour actionnaire de référence la Société Adrien Bellier des familles Barau, Bédier et Foucque. 

SAB – la plus ancienne société anonyme de l’île, fondée en 1912 – produit bon an mal an 100 000 tonnes de cannes et se diversifie depuis quelques années. Associé au groupe Chatel dans la Réunionnaise du Rhum, il a notamment racheté la distillerie de Savanna et la marque Rhum Charrette.

« Nous saisissons les opportunités et sommes fiers de conserver sous pavillon réunionnais des hypermarchés historiques », dit son président Henri Bédier. 

Pour créer Make Distribution, SAB s’est s’alliée à d’autres entrepreneurs de l’île mais aussi à deux opérationnels, spécialistes de la grande distribution : Gabriel Maden, président, et Didier Demarly, directeur général associé. Ce dernier connaît bien le groupe Intermarché pour y avoir travaillé en métropole et l’a logiquement sollicité. 

Didier Demarly, Directeur général associé de Make Distribution

« Nous devions trouver un partenaire distributeur, explique Didier Demarly, le choix d’Intermarché a été rendu possible très rapidement ».

 Le mode de fonctionnement d’Intermarché (un groupement d’adhérents, avec pour règle un homme, un magasin) n’étant pas adapté à l’Outre-mer, Run Market – la marque de Make Distribution – s’adossera à la deuxième enseigne indépendante de la grande distribution française dans le cadre d’un partenariat. Sur ses quatre hypers s’affichera « Run Market Partenaire Intermarché ».  

À l’intérieur, les marques du groupe seront très présentes, puisque la particularité des « Mousquetaires » est d’être à la fois commerçants et producteurs. Via la Comata, Intermarché pêche par exemple la légine dans les Taaf. 

« Intermarché compte plus de 600 unités de production, des jus de fruits aux conserves de poisson, et possède ses propres marques qui représentent 35 à 40 % du chiffre d’affaires de ses points de vente », poursuit Didier Demarly. Cette proportion sera moindre à la Réunion, mais les produits du groupe contribueront à la baisse des prix promise par Run Market. 

« Pour réduire nos coûts, nous ferons en sorte que l’entrepôt d’Intermarché situé près de Béziers livre directement aux magasins, précise-t-il. Ce sera possible pour 80 % des produits. 

Nous aurons tout de même besoin d’un entrepôt déporté, notamment pour les produits surgelés pour lesquels les magasins n’ont pas de capacité de stockage suffisante ».

Run Market se dotera également d’une centrale d’achat, basée au Port, pour la production locale et la structuration de son offre. 

« Le personnel des magasins actuels n’a pas à s’inquiéter pour son avenir, au contraire, insiste Didier Demarly. Si nous n’avons pas vocation à construire de nouveaux magasins, sur un territoire déjà bien équipé, nous ne nous interdisons pas d’ajouter des points de vente existants sous notre enseigne, si l’occasion se présente ». 

En attendant, Run Market compose son équipe dirigeante, en cherchant à attirer quelques bons connaisseurs du marché réunionnais, et s’apprête à investir 5  millions d’euros dans ses futurs magasins, « très marketés années 80 » et « dans lesquels Casino a sous-investi ces dernières années », commente Didier Demarly. 

Comme GBH, Make Distribution attend la décision de l’Autorité de la Concurrence et se prépare à faire la preuve, devant elle, de son sérieux et de son indépendance. 

« Pour être prêts demain, il nous faut anticiper et prendre certains risques, souligne son directeur général. Mais nous sommes sereins et confiants de la capacité de l’Autorité de la Concurrence à rendre des avis fondés sur les textes et les réalités. »

Bernard Grollier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *